Régner en “Enfernité” ou sombrer à jamais ?

Enfernité par Brodi Ashton

Enfernité par Brodi Ashton / Éditions Milan

L’Enfernité, il y a 6 mois que Nikki, auprès de Cole, un enfernaute, survit dans ce lieu où elle est libérée de la douleur qui oppressait son existence. Pourtant, une image forte l’incite vers son retour. Il s’impose en tout temps à son esprit, Jack, son seul souvenir de la surface… Quelle est donc la souffrance qui l’a poussée à plonger dans ce monde ?

Lorsqu’enfin elle est libérée de l’Enfernité, le temps lui est compté. Nikki désire réparer les peines qu’elle a occasionnées à ses proches par sa disparition subite avant d’être à nouveau emportée. Cette fois-ci, elle est plus consciente de ce qui l’attend. Le choix de sa destination finale lui appartient désormais. Sombrer ou régner ? Les souvenirs autant que les émotions ressurgissent puis tranquillement un nouvel espoir se dessine. Y aurait-il un moyen de récupérer sa vie ?

D’abord, j’aimerais m’attarder sur la page couverture, elle est vraiment superbe et c’est ce qui a aiguisé mon intérêt dans la sélection de ce titre. Par les volutes et les nuages gris qui s’élèvent autour la jeune fille, le lien avec l’engloutissement parmi les ombres (je vous laisse les découvrir) du personnage de Nikki est bien illustré. Cependant, je me questionne sur le choix de cette robe rouge, bien que splendide, le personnage n’est pas vêtu ainsi et ne le pourrait pas non plus à cause d’une certaine marque (représentant le délai qui lui reste à la Surface) qu’elle cache sous ses vêtements. Une symbolique alors ? Honnêtement, je n’en vois pas vraiment. Ne nous y arrêtons pas plus que ça.

Pendant la lecture du prologue, je dirais que c’est la déroute totale… elle est dans l’Enfernité, mais les descriptions ne nous permettent pas d’images faciles à part peut-être l’enlacement entre son corps et celui de Cole, l’enfernaute. Ce n’est toutefois pas suffisamment long pour empêcher le lecteur de s’aventurer plus loin.

L’histoire en soi est entièrement construite dans le milieu de vie habituel (école, maison, café, lieu de rencontre) d’une adolescente et des liens qu’elle apprend à développer avec une nouvelle approche. Un endroit original est tout de même exploité dans le roman, la soupe populaire, où Nikki fait du bénévolat. Une rencontre particulière avec une itinérante viendra graduellement affiner l’intrigue.

Amoureuse de Jack, envoûtée par Cole… Son altruisme la force à se refuser au royaume de l’Enfernité, mais les Tunnels ne sont pourtant pas une option. Des choix qui tranquillement nous mènent dans un roman inspiré des personnages mythologiques. C’est ce petit côté qui donne toute la saveur au récit qui demande une certaine attention puisqu’il y a beaucoup de va-et-vient entre le passé et le présent. Dans son ensemble, je pense que la romance agrémentée de ce choix entre la vie et la mort du bouquin saura plaire aux jeunes adolescentes autant pour l’adversité de la destinée de Nikki que pour l’identification facile au personnage et à son environnement.

Partagez!