album

Ma branche préférée par Mireille Messier, illustré par Pierre Pratt

Réveillée par un énorme CRAC!, une fillette découvre avec stupeur que son quartier est désormais recouvert de verglas. Quand celle-ci s’aperçoit que sa branche préférée a été cassée par la tempête, elle se précipite à l’extérieur. Devant ses yeux, un spectacle particulier se déroule, la petite apprendra alors tout le sens du mot renaissance… Dans cet album,  le jeune lecteur pourra découvrir à travers la superbe plume de Mireille Messier

Le costume de Malaika par Nadia L. Hohn, ill. par Irene Luxbacher

La jeune Malaika vit avec sa grand-mère, car sa mère est partie au Canada dans l’espoir d’y trouver un bon emploi, dans l’espoir d’offrir mieux à sa famille. Pourtant, à l’approche du carnaval des enfants, la fillette ne reçoit pas l’argent attendu pour fabriquer son costume de rêve : un paon aux plumes chatoyantes. Quand son aïeule lui propose la robe qu’elle a autrefois portée pour ce même événement, Malaika a

Des cadeaux de dernières minutes pour des moments magiques avec les tout-petits

Les chocolats du calendrier de l’avent seront bientôt terminés. Les enfants impatients attendent les yeux brillants que le grand jour arrive enfin, mais les parents-lutins se sentent de plus en plus essoufflés. — Est-ce que tout est prêt? demande père Noël aux lutins. — J’ai bien essayé de dénicher le jeu que Pier-Luc souhaitait, mais il n’y en a plus un seul… souligne Tontonlutin. — De mon côté, je n’ai

Alain M. Bergeron

Née un 24 septembre 1957 à Plessisville, au Québec,  Alain M. Bergeron est le 3e d’une fratrie de 4 enfants. Il n’est encore qu’un bambin de 5 ans quand sa famille déménage à Victoriaville, localité qui demeure à ce jour son lieu de résidence. Il va de soi que l’auteur y aime sa vie paisible même si sa carrière l’entraîne parfois ailleurs. « Sédentaire, un vrai casanier. Je suis bien chez

1, 2, 3… grâce aux livres, tu grandiras!

L’enfance est une période de vie à la fois fragile, précieuse et merveilleuse où chaque seconde est un moment d’apprentissage important. En tant que parent, le rôle nous revient de guider ces petits êtres, mais ce n’est pas toujours facile. Chaque enfant a sa personnalité, ses particularités, son rythme d’apprentissage et il va de soi qu’il faut le respecter. Les livres, grâce à leurs variétés infinies tant au niveau du style

Bonheur, bonheur, dis-moi, où te caches-tu?

Même si nous savons tous que le bonheur se trouve dans les petites choses simples, dans notre propension à profiter du moment présent, dans l’amour que l’on porte à son prochain ou à son environnement, il n’en reste pas moins que parfois il semble nous filer entre les doigts. Cet état d’être n’est pas si simple à appliquer, surtout si notre cerveau n’a pas été programmé en conséquence. Il n’est

Photo d'école ratée, par Déborah Diesen

Si le jour de la photo est déjà passé, vous n’avez sans doute pas encore vu le résultat des clichés… Le cas échéant, je vous souhaite qu’elle soit réussie. Si toutefois le moment fatidique d’immortaliser le minois de votre enfant n’est pas passé, restez alerte! Il faut avoir un plan d’action, ou connaitre celui de votre progéniture, car lorsque le déclic de l’appareil se déclenche plus rien n’est possible… Quoi

La légende de Sarila

C’est accompagnée de ma petite tribu que je me suis rendue avec plaisir à l’avant-première montréalaise du film 3D, « La légende de Sarila ». La grande force va assurément aux personnages et à l’animation puisque le synopsis reste simple. C’est la famine du clan qui mène celui-ci à la décision d’envoyer trois des leurs à la recherche de Sarila, une terre merveilleuse où l’abondance faunique pourra combler les ventres vides. Les

La légende de Sarila

Texte de Nicolas Aumais, d’après le scénario original de Pierre Tremblay et de Roger Harvey / Bayard Canada Au cœur du Grand Nord canadien, un clan inuit est durement frappé par la famine. Tard le soir, alors que les ventres vides des villageois gargouillent, plusieurs se remémorent la légende de cette terre merveilleuse où l’abondance faunique permettrait à tout le village de survivre. Dès lors, il est impératif d’envoyer de